Le Français Sébastien Foucan, star du parkour et du free running, dans le ciel d'Édimbourg. | Photo: Getty Images

Parkour: ein Trendsport aus Frankreich

Parkourläufer und Freerunner. Weltweit rennen und springen sie durch den Asphalt-Dschungel unserer Städte, überwinden dabei tollkühn Zäune, Mauern, Hochhäuser. Kein Hindernis schreckt sie ab. Mittlerweile ist der Parkour mehr als nur ein Freizeitspaß für wagemutige Hobby-Akrobaten. In Großbritannien gilt er seit Januar sogar als offizieller Sport. Erfunden aber wurde er in Frankreich.

Le saviez-vous ? Le parkour, avec un «k» et sans «s», est inspiré du mot «parcours», en français. Et ceux qui le pratiquent sont appelés les «traceurs», du verbe «tracer» (ugs.: schnell laufen, flitzen). D’autres mots de la langue française ont donné leur nom à des techniques de base en parkour, comme le «saut de chat» (Katzensprung) ou le «passe-muraille» (Mauerüberwindung). Normal: cette discipline, aujourd’hui pratiquée dans le monde entier, est née en France. Plus exactement en banlieue parisienne, à la fin des années 1980.

En général, l’image que l’on se fait du traceur est celle d’un jeune intrépide qui saute de toits en toits, en réalisant toutes sortes d’acrobaties. Un peu comme dans ce spot publicitaire de la société «My Little Paris», qui a rencontré un grand succès sur le web. Pas seulement pour son côté spectaculaire, mais aussi parce qu’il présente une image glamour et romantique de la Parisienne, élégante et tendance en petite robe noire et sneakers Stan Smith, qui se balade, insouciante, sur les toits de la capitale.

 

Dans les publicités ou les films d’action, les scènes de parkour s’inspirent souvent du free running, une variante plus acrobatique de la discipline. Ses représentants, en France, sont les membres de la «French Freerun Family» notamment, un groupe de traceurs professionnels qui postent régulièrement sur YouTube des vidéos de leurs «excursions» sur les toits parisiens. Regardez ce clip qui met en scène l’un de ses membres, Simon Nogueira. Le free run apparaît ici comme une véritable ascension, une quête de liberté sur les hauteurs de la ville.

Si le parkour est né en banlieue parisienne, il peut se pratiquer dans tout lieu, aussi bien naturel qu’urbain. Et tout élément de l’espace, même près du sol, peut être utilisé. Cette vidéo réalisée par l’École de Parkour de Lyon montre que pratiquer ce sport, c’est aussi explorer, «parcourir» sa ville au sens propre du terme. Au sein de cette association, les jeunes peuvent s’initier à la discipline avec des traceurs expérimentés.

Pour en savoir plus sur le parkour et le free running, lisez la Revue de la Presse, édition de mars 2017, rubrique «Français Facile».